Ce site web utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site web, vous acceptez l'utilisation de cookies. Voir notre politique relative aux cookies. Fermer

Législation et Sécurité routière | Club officiel Atome

Tout sur la réglementation et la sécurité Legislation | Securite | Contraventions
4

membres

0

tutoriel

0

question

< Retour à liste des articles
Que va changer le passage des normes nedc à wltp ?

Article

Que va changer le passage des normes nedc à wltp ?
par :
Atome Automobile Club

Qui n’a jamais constaté l’écart entre la consommation théorique de son auto et sa consommation réelle de carburant ? Et généralement, cet écart va dans le mauvais sens : notre chère voiture se montre plus goulue que ce que la brochure commerciale nous promettait… La faute notamment aux tests faits en fonction des cycles NEDC, normalisant les évaluations de consommation, mais aussi d’émissions polluantes. A compte de septembre 2017, les procédures WLTP se mettent en place et nous promettent des indications plus proches de la réalité. Nous revenons en détail sur le changement de standards pour les essais en laboratoire, et les conséquences pour nous, conducteurs.

WLTP

Cycles wltp, l’évolution des procédures pour prendre en compte la conduite réelle

Le standard actuel des tests de consommation de carburant, appelé NEDC pour New European Driving Cycle, a été conçu dans les années 80 pour pouvoir tester les véhicules en laboratoire. Aujourd’hui, ce test est devenu obsolète car les données qu’il fournit sont trop éloignées de la réalité de la conduite sur route. L’Union Européenne a donc développé une nouvelle procédure, nommée WLTP pour Worldwide harmonized Light vehicles Test Procedures (procédures de test mondiales harmonisées pour véhicules légers). Cette nouvelle norme se veut plus représentative de la conduite réelle, et prendra aussi en compte l’influence des équipements optionnels installés tels que la climatisation. Cependant, ces essais se feront toujours en laboratoire afin de proposer au conducteur des données comparables d’un véhicule à l’autre, sans impact d’éléments extérieurs. Enfin, dernier point, et non des moindres, ces nouvelles procédures sont aussi adaptées aux nouvelles motorisations hybrides ou électriques, afin d’établir une base de comparaison plus réaliste et fiable.


Une période de transition complexe entre nedc et wltp

Tous les nouveaux modèles de voiture introduits sur le marché de l’Union Européenne à compter du 1er septembre 2017 seront soumis aux tests WLTP. Cette obligation de se soumettre à ces nouvelles procédures d’essais standardisés sera progressivement étendue à tous les véhicules neufs d’ici au 1er septembre 2018. Les stocks de véhicules invendus non soumis à ces nouveaux standards verront leur vente limitée, puis interdite à compter du 1er septembre 2019. Donc au niveau réglementaire, dans l’UE, tout est bouclé… Mais du côté du consommateur qu’est le conducteur, tout reste encore flou. En effet, jusqu’à la fin 2018, les valeurs données par ces deux types tests pourront être communiquées au consommateur.

Au moment de choisir votre nouvelle voiture, vous risquez donc d’être quelque peu… perturbé(e) ! En effet, pour tous les nouveaux modèles introduits sur le marché de l’UE, le certificat d’homologation mentionnera par exemple les deux valeurs d’émission de CO2 de l’auto, NEDC et WLTP. Outre ces valeurs concernant la pollution, ce qui intéresse l’automobiliste, c’est aussi (et surtout) la consommation de carburant. Là où la procédure NEDC indiquait des valeurs bien trop basses comparées à la réalité de la conduite, les nouveaux cycles WLTP devraient permettre de se rapprocher des consommations réelles. En effet, la consommation NEDC se distingue entre “urbaine” et “extra-urbaine”, apportant également une valeur pondérée de consommation “mixte”. De son côté, la norme WLTP proposera de connaître les consommations dans des phases de vitesse “basse”, “moyenne”, “haute” et “extra haute”, ainsi que des valeurs combinées et pondérées en conditions mixtes.


+ de co2 donc + de taxes

N’oublions pas également que, tout comme les consommations de carburant moyennes affichées, le nouveau standard WLTP va faire augmenter les valeurs d’émission de CO2 mesurées de 20% en moyenne. Donc d’un côté, cette nouvelle norme est un avantage pour le conducteur qui aura une meilleure information sur les véhicules neufs, plus conformes à la réalité de la conduite actuelle. D’un autre côté, chaque état-membre de l’UE va devoir réfléchir à l’application des taxes sur les émissions de CO2 (système du bonus-malus écologique en France) et à son adaptation aux cycles WLTP. En respectant ce principe, l’application de ce nouveau standard ne devrait pas avoir d’impact négatif pour l’automobiliste. D’ici 2020, l’Union Européenne aura converti les objectifs de CO2 actuels basés sur la procédure NEDC, en objectif WLTP-CO2. En attendant, le gouvernement français réfléchit à une refonte de la prime de conversion qui permettra de renouveler le parc automobile avec des aides plus efficaces pour les automobilistes.

A terme, les tests menés sur des véhicules de pré-série, fournis par les constructeurs, devraient être complétés par des essais RDE (Real Driving Emissions). Cette dernière procédure a pour objectif de mesurer les émissions polluantes (NOx, particules, CO2) dans les conditions réelles de circulation. L’arsenal des procédures de mesure se renforce progressivement. Non seulement pour mesurer la pollution et privilégier les véhicules les plus “vertueux”, mais aussi dans le but de mieux informer le consommateur.

La sélection du jour