Ce site web utilise des cookies. En poursuivant votre navigation sur ce site web, vous acceptez l'utilisation de cookies. Voir notre politique relative aux cookies. Fermer

JAGUAR | Club Officiel Atome

Toute l'info des JAGUAR Actus | Tutos | Essais
3

membres

0

tutoriel

0

question

4

articles

< Retour à liste des articles
Jaguar xf sportbrake 2018 : le shooting break à la sauce britannique

Article

Jaguar xf sportbrake 2018 : le shooting break à la sauce britannique
par :
Atome Automobile Club

Jaguar XF Sportbrake : longtemps, le break a été cantonné à une image de voiture pratique et sans saveur qui tenait bien plus de l’utilitaire que du véhicule passion. Mais tout cela, c’était bien avant que les constructeurs allemands révolutionnent ce segment en créant la catégorie des shooting-break, les fameux « breaks de chasse ».

JAGUAR XF SPORTBRAKE

Identité visuelle marquée pour la jaguar xf sportbrake 2018

Pendant longtemps, ces modèles ont trusté le classement des ventes, et même si le segment a été remplacé par celui des S.U.V dans le coeur des automobilistes, les constructeurs premium s’évertuent à proposer ces déclinaisons break de leurs berlines. Jaguar ne déroge pas à la règle et si le constructeur britannique avait un temps annoncé qu’il abandonnait ce segment, il est revenu sur ses déclarations avec l’arrivée de la Jaguar XF Sportbrake 2018. Un modèle qui peut compter sur un look détonnant pour se faire une place aux côtés des ténors du secteur.

Il aura donc fallu attendre 2 ans après la sortie de la XF de deuxième génération pour voir sa déclinaison Sportbrake débarquer sur le marché. Le moins que l’on puisse dire, c’est que visuellement, l’attente en valait la peine ! Depuis 2007, le constructeur britannique a considérablement rajeuni le style de ces modèles et la génération actuelle, portée par le SUV F-Pace et cette Jaguar XF Sportbrake de 2e génération, ne déroge pas à la règle.

Comme souvent sur ce segment, cette version break offre des lignes bien plus harmonieuses que la berline. La large calandre en nid d’abeille, certainement la signature visuelle la plus réussie de cette génération de Jaguar à notre goût, est bien entendu de la partie tout comme les optiques avant et arrière étirées au possible. Les lignes de caisse tendues et la double sortie d’échappement arrière finiront de donner ses notes de sportivité à cette Sportbrake. Étonnamment, le modèle 2018 offre des proportions quasi identiques à son prédécesseur sorti en 2013 avec 4,95 mètres de long.

A l’intérieur, place à la modernité et à la sportivité.

À l’intérieur, Jaguar n’a pas révolutionné les choses puisque la planche de bord est identique à celle de la berline. Se rapprochant des standards germaniques, l’habitacle offre un bon compromis entre luxe et sportivité. Terminée la sempiternelle profusion de bois et place à des matériaux plus modernes, même s’ils peuvent sembler moins nobles sur le papier. Le tout reste cependant un petit cran en dessous de la concurrence allemande en matière de finition et d’ajustement même si le travail réalisé par Jaguar est dans le haut du panier.

Jaguar xf sportbrake : sportivité et praticité

Si on a bien compris que Jaguar misait beaucoup sur le look de sa XF Sportbrake pour se démarquer de la concurrence, le félin n’a pas oublié qu’il ne devait pas sacrifier l’aspect pratique sur l’autel de la sportivité et du style. Que ce soit aux places avant ou à l’arrière, la XF Sportbrake offre un espace confortable à ses passagers, que ce soit au niveau des jambes ou de la tête. Seule la fermeté toute relative des sièges arrières pourra A l’intérieur, fini le bois à l’ancienne, place à la modernité et à la sportivité. déplaire à certains postérieurs sensibles ! Les rangements restent dans les standards de la catégorie et si Jaguar n’offre rien de révolutionnaire, aucun oubli flagrant n’est à constater.

Bien entendu lorsque l’on parle de break, tous les regards se tournent vers le coffre. La XF Sportbrake est là encore dans la moyenne et malgré ses lignes tendues, propose un volume de chargement de 565 litres qui grimpe jusqu’à 1700 litres lorsque les sièges arrière sont repliés. Si le plancher obtenu est parfaitement plat, on regrettera l’absence de solution de rangement pour le cache-bagage une fois ce dernier retiré et d’une lunette arrière ouvrante pour les petits objets du quotidien. Un manque compensé par un hayon qui s’ouvre grâce à un simple passage du pied sous le pare-chocs et dont l’angle d’ouverture peut être ajusté finement, ce qui peut s’avérer pratique dans les parkings bas de plafonds.

Pour le reste, le système d’infotainment embarqué propose un écran tactile de 8 pouces qui peut grimper à 10 pouces en option. L’écosystème développé par Jaguar nécessite, comme souvent, un temps d’apprentissage pour être totalement maîtrisé, mais il fait ce qu’on lui demande.

Jaguar xf sportbrake 2018 : plus gourmande que la concurrence

Sous le capot, Jaguar propose une large gamme de motorisations qui, sans surprise, fait la part belle au diesel. Les nouveaux moteurs « Ingenium » à quatre cylindres de 2 litres se déclinent en 163, 180 et 240 chevaux. Le 6 cylindres diesel est également de la partie et le 30d développe la bagatelle de 300 chevaux, le tout couplé à la boîte automatique 8 rapports et proposé en propulsion. Pour les aficionados de l’essence, seul un moteur quatre cylindres de 2,0 litres de 250 chevaux dont l’appétit pourra en refroidir certain est disponible (le 3.0 V6 essence était pour le moment réservé aux marchés chinois et nord-américain).

Niveau performances, le 25d 240 chevaux (qui devrait être la motorisation la plus plébiscitée) promet le 0 à 100 km/h en 6,7 secondes. Son double turbo ne lui permet en revanche pas de faire mieux que la concurrence allemande en termes de consommation avec une moyenne annoncée de 5,8 litres de gazole avalés au 100 kilomètres.

Sur la route, la plateforme inaugurée par la nouvelle berline XF offre un comportement équilibré malgré un poids de 1,8 tonne à tracter. La conduite reste dynamique en toutes circonstances grâce à une très bonne répartition des masses. Le train avant, très incisif, communique parfaitement les informations de la route et l’amortissement plus ferme que la concurrence achève de donner à cette XF Sportbrake un comportement bien plus joueur que certains shooting breaks allemands qui s’embourgeoisent avec le temps. La double triangulation à l’avant et la suspension pneumatique faisant office de correcteur d’assiette à l’arrière contribuent à ce tempérament sportif sans pour autant sacrifier le confort sur routes dégradées.

Seule la voix un peu trop présente du moteur diesel lorsque ce dernier est sollicité vient ternir le tableau et nous rappelle que nous n’avons pas affaire ici à une mécanique des plus nobles.

Une alternative crédible ?

Côté budget, il faudra débourser 43 290 € pour la Jaguar XF Sportbrake d’entrée de gamme qui embarque la motorisation 2.0 163 ch Performance couplée à la boîte de vitesses manuelle à six vitesses. Le haut gamme, représenté par le 3,0 V6 diesel de 300 ch dans la version Premier Edition grimpe à 76 460 €. La version 25d de 240 ch qui devrait représenter l’essentiel des ventes XF Sportbrake en France est affichée à 60 760 € en transmission intégrale, boîte automatique 8 rapports et finition Prestige. Des tarifs un petit cran en dessous de la concurrence germanique à prestations équivalentes, même si la liste des options peut faire grimper la note très rapidement (on pense notamment au toit panoramique d’une surface de 1,6 mètre carré dont le store se commande d’un simple geste de la main).

À l’heure du bilan, la question se pose, faut-il craquer pour cette XF Sportbrake de 2e génération ? Il est vrai que le secteur est largement dominé par les 3 grands constructeurs allemands dont les noms reviennent presque inconsciemment lorsqu’on évoque les breaks de chasse. Pourtant, Jaguar propose ici un modèle qui permet de se démarquer du relatif conformisme qui s’est installé dans ce segment et rien que pour cela, il semble intéressant de se pencher sur cette alternative. Il faudra juste passer l’éponge sur les quelques détails de finition agaçants pour un tel niveau de prix et des motorisations légèrement moins frugales.

À vous de voir si vous penchez du côté de la raison au risque de croiser des clones de votre véhicule à chaque coin de rue ou si, quelque part en vous, une petite voix ne vous incite pas à craquer pour la singularité stylistique de cette Jaguar XF Sportbrake qui devrait faire se retourner bien des têtes.

La sélection du jour